Le nez : Rhinoplastie

C’est le domaine d’expertise en chirurgie esthétique le plus ancien et le plus reconnu de la clinique. Le Docteur NIFOROS est depuis toujours passionné par cette intervention qu’il considère comme la plus emblématique de l’art esthétique.

Il est d’ailleurs tout autant diplômé en ORL (DES D’ORL -Octobre 1992 – DESC de chirurgie de la face et du cou-1994) qu’en chirurgie plastique (DES de chirurgie plastique esthétique et reconstructive) et il a pendant son cursus, bénéficié de l’enseignement de l’un des services les plus réputé au monde pour la chirurgie esthétique et reconstructrice du Nez, à Chicago.

Tout ceci lui a valu d'être membre de la très sélective « Rhinoplasty Society of Europe » depuis 2012 (4 membres français seulement).

Aujourd’hui, son activité chirurgicale s’adresse autant à la rhinoplastie secondaire (reprise chirurgicale de correction d’un mauvais résultat), qu’à des rhinoplasties de première intention.

La voie endonasale sans cicatrice externe est privilégiée (83%) des cas. C’est une intervention généralement courte (aux environs d’une heure) sous anesthésie générale et qui peut-être pratiquée en chirurgie ambulatoire.

Il n’est plus nécessaire d’utiliser des « mèches » mais nous appliquons de petites éponges hémostatiques pendant la 1ère nuit. Une attelle en résine sera maintenue en place pendant 8 jours.

Le résultat définitif ne pourra être apprécié qu’après 6 mois.

Qu’est-ce qu’un chirurgien spécialisé pour mener à bien votre projet de rhinoplastie ?

La spécificité d’un chirurgien pour la rhinoplastie vient tout à la fois de son cursus universitaire, ensuite de son expertise clinique (on peut évaluer le nombre de rhinoplasties opérées par le docteur Niforos à plusieurs milliers depuis 1990, date de sa première intervention sur le nez).

Le cursus du docteur Niforos a été particulièrement orienté vers la rhinoplastie, clef de voûte de sa formation en chirurgie faciale. A la fois diplômé d’un DES (Diplôme d'Etudes Spécialisées) d’ORL de chirurgie maxillo-faciale et d’un DES de chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice depuis 1994, il a effectué un an de formation aux Etats-Unis dont 6 mois comme assistant (fellow) dans le service hospitalier le plus reconnu encore aujourd’hui dans ce domaine à Chicago (docteur Eugène Tardy). Il enchaîne ensuite 6 mois avec le docteur Franck Kamer à Los Angeles.

Aujourd’hui, reconnu par ses collègues français et étrangers pour son expérience, il est membre de la prestigieuse « Rhinoplasty Society Of Europe ». Il participe à de nombreux congrès et cours sur ce sujet, et la clinique Niforos à Lyon est un centre de formation pour les chirurgiens importants (cours de rhinoplastie chirurgicale et médicale).

Comme une conséquence de cette bonne réputation et de son sérieux, plus de la moitié des rhinoplasties opérées par le docteur Niforos, sont des rhinoplasties secondaires qui nécessitent maîtrise technique et approche psychologique particulière.

Photo avant / après de chirurgie esthétique du nez (rhinoplastie) réalisée par le Dr Niforos à Lyon
Photo avant / après de chirurgie esthétique du nez (rhinoplastie)

Consultation et parcours de soin pour l'avant et l’intervention

Quel est l’objet de la première consultation avant une rhinoplastie ?

L’échange qui doit s’engager entre le patient et le chirurgien spécialisé en rhinoplastie va apporter tous les éléments techniques nécessaires à la réussite de l’intervention.

Existe-t’il une pathologie ou une correction à apporter sur le plan fonctionnel et restaurer une bonne filière respiratoire ?

Le moindre élément doit conduite à la pratique d’un scanner des sinus pour compléter le bilan clinique et déceler de la nécessité d’une septoplastie et/ou d’un autre geste visant à rétablir la respiration. Peut-être également associé un agrandissement-élargissement de la valve nasale par voie sus labiale dans les cas prononcés d’insuffisance structurelle anatomique.

Quelles sont les possibilités de modifications esthétiques en s’appuyant sur les éléments importants de l’anatomie du nez du patient ?

Après cela, existe la possibilité par le praticien de réaliser une rhinoplastie virtuelle grâce à un logiciel (très spécifique) réservé aux professionnels.

Ce moment de la simulation est important car il permet de poser les enjeux et les limites de l’acte prévu. Il rassure souvent le patient quant à ses attentes. Il évite les attentes peu réalistes des patients.

Déroulement de la rhinoplastie

La rhinoplastie se déroule dans la grande majorité des cas sous anesthésie générale, ce qui n’empêche pas d’en faire un acte réalisé en chirurgie ambulatoire.
L’acte lui-même dure de une à trois heures en fonction du geste nécessaire.

Le patient doit porter une attelle pendant les 8 jours suivants et peut reprendre une vie professionnelle à ce moment là. L’intervention ne nécessite généralement aucune antalgie importante.

A 8 jours, on anticipe le résultat définitif qui apparaîtra plusieurs mois après.

La voie endonasale

C’est d’abord par une cicatrice à l’intérieur du vestibule nasal, qui fait le tour de l’orifice nasal droit (en général pour un chirurgien droitier). C’est l’abord classique du nez pour les chirurgiens classiques. L’intérêt de cette rhinoplastie est qu’elle permet de voir en tant réel, l’impact du geste du chirurgien sur la forme du nez.

Par ailleurs, en étant moins agressive pour la pointe du nez (comparée à la voie externe, où l’on « démonte » littéralement la pointe), on peut avoir une vraie approche artistique de cette partie du nez. Les tissus et la peau souffrent moins, et l’on retrouve un résultat définitif plus vite. (La voie externe est pourvoyeuse d’une fibrose et d’un œdème postopératoire beaucoup plus important).

La rhinoplastie secondaire

Deux catégories très différentes :

  1. Le nez est plus joli mais on veut un geste supplémentaire. Il s’agit alors de « creuser » un peu plus un profil, de remonter un peu plus une pointe, de symétriser un peu plus une narine. Ce geste généralement « léger », est l’apanage des rhinoplasties pratiquées avec précision par des chirurgiens exigeants quant à leur résultat.
  2. La vraie rhinoplastie secondaire qui correspond à un nez qui n’a pas été bien opéré et qui est moins beau parfois qu’auparavant.

Très souvent, le geste devra être très complet pour reprendre toutes les étapes de la cloison jusqu’à la plastie narinaire. Dans la majorité des cas, il faudra faire appel à des greffes de cartilage que nous prélèverons sur l’oreille pour reconstruire un cartilage idéal et combler un creux trop prononcé.

La période postopératoire dans ces cas est plus longue, et la plupart du temps, une fois acquis un bon résultat, un petit geste complémentaire est souhaitable 8 à 9 mois plus tard, pour affiner la correction sur ces nez généralement difficiles.

Plus de 60% des nos premières consultations pour des rhinoplasties sont constituées de rhinoplasties secondaires vraies, ce qui est caractéristique de la patientèle d’un chirurgien reconnu dans ce domaine.

La rhinosculpture

La technologie évolue et donne au chirurgien en rhinoplastie de nouveaux outils pour plus de précision et moins d’agressivité dans son geste.

C’est donc grâce aux instruments mobilisés par un moteur-vibratoire ou par des instruments faisant appel aux ultrasons qu’on va pouvoir remodeler l’os du nez et parfois aussi le cartilage.

Ces nouveaux instruments ressemblent à ceux que nous utilisons déjà mais ils présentent l’avantage en libérant la main du chirurgien, de se concentrer sur le geste lui-même.

La rhinosculpture permet :

  • un geste plus précis du chirurgien ;
  • une gestion de la fracture osseuse : l’os se casse où l’on veut et pas à côté ;
  • la gestion des os peut simplement les remodeler si la fracture des os propres du nez n’est pas nécessaire ;
  • la gestion des os du nez asymétriques.

Bien sûr, la rhinoplastie demeure un geste très précis et dépendant des conditions préexistantes : on ne peut pas faire un « copier-coller » entre le nez idéal vu sur internet et celui du patient. L’instrument est au service du patient et du chirurgien pour parvenir au résultat de rhinoplastie le plus harmonieux et le plus naturel possible.

La rhinoplastie chez l’homme

La rhinoplastie chez l’homme concrétise toutes les difficultés que l’on peut rencontrer lors de la rhinoplastie.

En effet, l’homme présente souvent une peau épaisse et par conséquent, une pointe souvent large et peu défini qui nécessite des gestes très spécifiques ; ces gestes pouvant aller jusqu’à des techniques particulières pour enlever de la peau par des cicatrices dissimulées.

L’autre spécificité est la présence d’une structure osseuse solide qui peut-être associée fréquemment à une déviation de la cloison.

Plus que tout autre, la septoplastie devient incontournable associée à des greffes de renforcement. L’os nasal étant souvent épais, la difficulté revient à casser l’os avec précision.

Enfin, l’homme pratique souvent des sports nécessitant une bonne respiration, il est donc fondamental d’améliorer la respiration pendant le geste.

Les injections dans le nez

Le développement de la médecine esthétique a apporté une nouvelle vision de la rhinoplastie qui s’adresse à la correction de petits défauts. Celle-ci est généralement pratiquée grâce à des injections d’Acide Hyaluronique très localisées.

Elle ne prétend pas remplacer la chirurgie qui a pour but de diminuer et embellir la structure générale du nez. En revanche, elle peut aligner un profil légèrement convexe, supprimer une petite encoche en permettant au nez d’accrocher de façon très harmonieuse, la lumière.

La rhinoplastie : questions fréquentes

Quel type d'anesthésie ?

Une rhinoplastie sérieuse est un geste d'une grande précision qui nécessite, concentration du chirurgien, calme du patient et surtout maîtrise par l'anesthésiste de la tension artérielle afin que le geste chirurgical puisse être réalisé le plus minutieusement possible ; en effet, le saignement trop important lié à la tension artérielle qui ne peut-être géré que sous anesthésie générale et un des principaux obstacles à la précision du geste. C'est pour cela que nous recommandons une ANESTHESIE GENERALE pour tout geste de rhinoplastie.

Y-aura-t-il des mèches dans le nez ?

L'utilisation des mèches doit désormais être révolue. Si le geste a été bien réalisé, seules des petites éponges hémostatiques seront placées dans les narines pour la première nuit et retirées dès le lendemain matin.

Y-aura-t-il une attelle ?

Il n'est pas nécessaire de mettre en place un grand plâtre pour une rhinoplastie classique. Si le geste a été précis, une petite attelle couleur « chair » est placée sur le nez pendant une semaine.

Quand aura-t-on le résultat définitif ?

Il est classique de considérer que le résultat définitif est apparu au bout de 6 mois, néanmoins, un nez réussi apparaît dans sa globalité dès le 8e jour après l'ablation de l'attelle. Ce sont les détails, tels qu'une petite asymétrie de la narine, pointe encore un peu ronde ou profil encore avec une micro bosse qui vont se corriger pendant les mois qui suivent. Un très bon résultat d'une rhinoplastie à 6 mois ne vient que confirmer un bon résultat à 6 jours.